Dernière mise à jour: 03 Oct 2017

Le site a 10 ans: quelques réflexions.


10 ans, voilà 10 ans que le site GPS-Carminat est accessible sur le web. 10 ans que je le mets à jour sur mon temps libre pour partager avec le plus grand nombre des informations sur les systèmes de navigation Renault. Quelques chiffres sur le site depuis l’ouverture: 1.7 millions de visites, 8 millions de pages vues et 400 à 600 visiteurs quotidiens. Mon coup de cœur pour la marque au losange a vraiment débuté en 2002 avec le salon de Paris. Un grand salon pour Renault, il y avait comme nouveautés : la Mégane II, la Vel Satis, l’Espace IV et l’Avantime, une révolution dans le paysage automobile. Pour fêter cet anniversaire, je vous propose donc une analyse personnelle du chemin parcouru par Renault dans le domaine des systèmes de navigation et multimédia, et une projection de ce qui semble se profiler.

Voilà donc plus de 15 ans que je m’intéresse aux GPS Renault. A cette époque, c’est l’arrivée du multiplexage et d’équipements comme les capteurs de pluie, de luminosité ou la carte main libre. Au début des années 2000, le GPS était un équipement de luxe et Renault proposait le Carminat Navigation Informé 1 (CNI 1), une bête de course pour l’époque puisqu’il proposait un large écran couleur (en général monochrome chez la concurrence) et un service d’info trafic via la technologie TMC/RDS. Renault était véritablement un leader du marché avec BMW puisque les deux marques partageaient le même système. La première version de ce système était apparu sur la Safrane.

Ce qui était impressionnant à l’époque c’était la très grosse volonté de la part de Renault de proposer un système haut de gamme sur pratiquement l’intégralité de sa gamme véhicule. En effet, le CNI 1 (disponible pour 1500€ à l’époque) était proposé évidemment sur le haut de gamme Renault (Vel Satis, Espace IV) mais aussi sur une simple Clio 2 !

Les années passèrent et Renault marqua un deuxième grand coup en 2005 lors du restylage de la Laguna 2 et Vel Satis. Ces véhicules obtenaient un nouveau GPS : le Carminat Navigation & Communication DVD (CNC). Un système qui amenait une cartographie sur DVD permettant de contenir l’Europe entière, un écran plus grand, un joystick central (qui resta dans la gamme Renault jusqu’en 2016 puisqu’il fut réutilisé sur d’autres systèmes), une connexion Bluetooth, mais surtout la possibilité d’avoir une double vue qui comprenait notamment la 3D et les vues réalistes des embranchements d’autoroute. La très grande rapidité du système pour les calculs d’itinéraires (moins de cinq secondes pour trois itinéraires différents pour une même destination) a permis à Renault de rester dans la course et d’être encore une référence aujourd’hui face à un R-Link 2. Ce système était conçu par Xanavi à la base pour Nissan (Nissan Premium 2nd Gen) et c’est dans le cadre de l’Alliance qu’on le retrouva dans les Renault.

 

Le troisième grand coup de Renault fut en 2008 avec le Carminat TomTom. Le nom de code de ce système, NFA (Navigation For All), illustra parfaitement la volonté de Renault de démocratiser cet équipement à une époque où l’option coûtait très rapidement autour de 2000€. Avec un prix de 500€ ce système fit une arrivée tonitruante avec la Clio III restylée qui n’avait plus de navigation couleur depuis l’arrêt de la Clio II. Pour arriver à ce prix canon, Renault s’était donc associé avec TomTom leader des PND (GPS portable) pour concevoir le produit. L’application interne (le software) était extrêmement similaire avec les produits classiques TomTom et il avait ‘juste’ fallu renforcer l’électronique pour avoir un système fixe pouvant résister aux contraintes environnementales de l’automobile (vibrations, températures, longévité…).

2008 fut aussi le début de la crise qui toucha de plein fouet le secteur automobile. Renault, ayant créé une offre d’entrée de gamme navigation, avait aussi prévu de remplacer le CNC par un nouveau système. Celui-ci, aussi conçu par Xanavi et Nissan, avait le nom de code ITX et était un CNC dopé aux hormones avec un disque dur intégré et une vue 3D améliorée. Malheureusement l’ITX fut abandonné par Renault contrairement à Nissan qui l’a bien sorti sur ses véhicules (Nissan Premium 3rd Gen). Résultat, Renault n’ayant plus de système haut de gamme, on a retrouvé des Carminat TomTom sur des Laguna 3 Initiale, Latitude et Espace… La crise a réellement eu des conséquences directes sur l’offre et l’avance technologique de Renault dans le domaine de la navigation.

La Carminat TomTom a évolué en 2011 avec la version Live. Equipé d’une carte SIM, le GPS était connecté via Internet à TomTom pour recevoir l’info trafic HD (40€/an). C’est le premier système connecté dans la gamme Renault !

2012, Renault présenta la Clio IV avec une nouveauté majeure : le R-Link 1. Il y avait eu la déferlante iPhone quelques années plus tôt et on était au beau milieu de la déferlante iPad. Il fallait un écran tactile connecté dans les voitures. Avec un écran de 7 pouces, toujours fait avec TomTom, équipé d’une TCU (modem Edge), Renault mit en avant sa capacité à twitter, aller sur facebook ou lire ses mails (on en reparlera). A mon sens l’arrivé de ce système est un tournant pour Renault.

Le lancement fut extrêmement compliqué, le système était truffé de bugs et retarda même l’arrivée de la Zoé. Il a fallu attendre une mise à jour en juin 2014 (la 11.317) pour commencer à stabiliser le système (voir cet article). C’est la première fois dans l’histoire de Renault qu’un système sort avec autant de bugs. Le CNI 1 et le CNC était d’une stabilité impressionnante dès le lancement. Comme R-Link 1 a été très diffusé ce fut une véritable avalanche de commentaires négatifs qui déferlèrent sur les forums. Le service réclamation de Renault fut tellement sous l’eau (et dans l’incapacité de répondre aux clients car non formé à fournir de l’assistance) que cela a provoqué l’apparition de la Helpline, une assistance à destination des clients uniquement dédiée aux systèmes multimedia.

En même temps, Renault présenta le MediaNav, un système simple et stable qui permit d’amener la navigation dans l’univers Dacia. Le seul manque lors du lancement fut l’info trafic, erreur réparée avec le MediaNav Evolution équipé du RDS/TMC en 2015.

En 2014 est présenté l’Espace V qui amena R-Link 2. C’était un système sublime sur le papier : écran 8,9 pouces capacitif (ou 7 pouces), info trafic HD (via TomTom), prise USB, double Bluetooth, vue 3D avec relief et bâtiments… Mais d’une certaine façon c’est bis repetita, comme pour R-Link 1 le système est instable et donne une impression d’être non finalisé. Il a fallu attendre la version 2.2.18.590 sortie il y a deux mois (voir cet article) pour que l’info trafic fonctionne enfin correctement et que les clients puissent acheter des cartographies à jour : 2 ans après la sortie du système !

Je suis actuellement en train de faire le « Re-Test » du R-Link 2. Avec du recul, le système fait ce qu’on lui demande et comporte des fonctionnalités vraiment intéressantes. Mais il y a des détails qui gâchent l’expérience, des petites choses qui pourraient être améliorées lors de mises à jour (jusque là c’était surtout des corrections de bugs). La navigation est laborieuse à travers les menus et donne une impression de lourdeur même pour lancer un simple guidage. Je vous invite à lire le re-test du R-Link 2 quand il sortira.

R-Link 2 régresse sur un point majeur par rapport aux R-Link 1, Carminat TomTom et MédiaNav: le système ne peut pas être mis à jour directement par l’utilisateur, il est nécessaire d’aller dans un garage. C’est un deal perdant-perdant entre les utilisateurs et Renault: cela fait perdre du temps aux clients et de l’argent à Renault. C’est comme s’il fallait que je me rende à la Fnac pour mettre à jour mon téléphone ou mon ordinateur. Cerise sur le gâteau pour les possesseurs de R-Link 2 : une mise à jour faite par le garage entraîne une réinitialisation complète du système. Ce qui fait qu’un acheteur de la première heure d’un Espace V a déjà vu ses données effacées 4 fois intégralement depuis qu’il possède le véhicule.

Ce qui m’amène à un deuxième point: on devrait avoir depuis longtemps la possibilité de sauvegarder ses données. Soit parce que je veux les transférer dans un nouveau véhicule Renault, soit parce que le garage va faire une mise à jour effaçant tout. A chaque changement de téléphone perdez-vous vos contacts ? La réponse est évidemment non. C’est d’autant plus frustrant que cela fait 10 ans que cette fonctionnalité est réclamée. Un répertoire GPS se compose de libellés et de coordonnées GPS, donc des informations faciles à gérer et universelles. Sans aller jusqu’à la sauvegarde dans le Cloud comme je le décrivais en 2011 (relire l’article), on devrait au moins pouvoir le faire sur une clé USB. Or depuis le Carminat TomTom, tous les GPS Renault possèdent un port USB qui permettrait cet export/import. Lors de la livraison d’un véhicule (neuf ou d’occasion) le concessionnaire pourrait alors proposer comme service de transférer le carnet d’adresse du précédent véhicule vers l’autre. Le client retrouverait tout de suite ses adresses et exploiterait rapidement sa nouvelle voiture.

J’avoue être contrarié de constater le manque d’une fonctionnalité aussi flagrante et simple dans des systèmes multimédia qui deviennent de plus en plus complexes et configurables alors que Renault a mis dans les stores des applications Twitter, Facebook, Paf le Chien (véridique) ou Aquarium…

Il n’y a aucune stratégie aujourd’hui visible pour faire rentrer le client dans un univers Renault. Sur 4 systèmes (Carminat TomTom, MediaNav, R-Link 1&2) il y a 4 procédures différentes pour les mettre à jour en utilisant 4 logiciels et 3 portails web différents. Si on regarde Apple en 15 ans il n’y a qu’une application (iTunes) pour gérer tous les appareils (iPod, iPhone, Ipad…). On notera l’arrivée de Renault Easy Connect mais qui semble se concentrer sur tout l’univers qui gravite autour du véhicule, vaste sujet qui est en pleine explosion.

Autre point : l’obsolescence  des services connectés. Avec la désactivation définitive des cartes SIM sur des véhicules âgés de seulement 3 ans (3ans ! c’est rien pour une voiture !) Renault a abordé le sujet d’une façon un peu brutale (voir cet article). On se rappellera aussi du CNC qui n’a plus reçu de mise à jour cartographique depuis 2012 alors que le système était encore en vente en 2013: un produit neuf obsolète… Aujourd’hui on sait que les pièces détachées sont disponibles pendant 10 ans après le dernier véhicule sorti d’usine, donc pas de crainte de ce côté là lors de l’achat d’un véhicule d’occasion. On se rend compte par contre qu’il n’y a aucun engagement de Renault concernant la durabilité des services connectés ou des mises à jour (logicielles ou cartographiques), ce qui pose donc des questions pour le marché de l’occasion.

Les sorties d’Apple Carplay et Android Auto, extrêmement attendues par les clients, ont été un peu catastrophique en termes de communication. Les fonctionnalités étaient annoncées sur le catalogue du Scenic IV lors de l’été 2016 alors que finalement elle n’est arrivée en usine qu’au deuxième trimestre 2017 sans possibilité officielle de l’activer sur les premiers Scénic IV produits. Même chose pour le reste de la gamme, certains acheteurs étaient prêt à retarder leur achat de quelques mois pour profiter de la fonctionnalité mais comme la communication est arrivé une fois le mal fait, il était trop tard. On peut légitimement comprendre la grogne des premiers acheteurs surtout quand des bidouilleurs sur Internet ont réussi à l’activer avec un investissement proche de 10€ (article à suivre)…

Waze et Android Auto sur R-Link 2

Tout cela pour dire que de mon point de vue la communication de manière générale sur les systèmes multimédia Renault n’est pas adaptée même s’il y a eu des progrès. La remise au gout du jour du site renault.multimedia.com est un bon début mais manque de réactivité dans un monde qui bouge très vite. Par exemple pour la crise actuelle sur l’incompatibilité d’iOS 11 avec certains R-Link 2 il n’y a aucun message officiel nulle part (plus d’info sur le problème iOS 11). Que font les clients ? Ils submergent la Helpline d’appels et de mails.

Renault n’a jamais réellement voulu communiquer sur les mises à jour, bugs ou changelog (évolution apportées lors d’une mise à jour) comme s’il y avait une certaine honte à afficher qu’il y avait des bugs (alors qu’un système sans bug cela n’existe pas). Le client traîne donc un système imparfait qui peut réellement gâcher son expérience. Si les R-Link 2 avaient été à jour, l’arrivée d’iOS 11 n’aurait pas causer le moindre problème. Au contraire, en tant qu’acheteur je trouve ça rassurant de voir qu’il y a un suivi logiciel et des corrections qui arrive régulièrement. Rien de pire qu’une marque qui vend un produit et le laisse ensuite tomber en désuétude.

Je regrette aussi l’absence de programmes de béta-testeurs qui pourraient être ouverts aux clients: beaucoup de personnes seraient prêtes à jouer le jeu ! Énormément d’entreprises le font (Apple, Microsoft, Orange…), pourquoi pas Renault? Surtout que ces programmes permettent de fédérer des communautés qui sont les meilleurs ambassadeurs pour une marque.

Aujourd’hui la gamme de navigation R-Link 1&2 fait le job mais il manque la petite étincelle qui déclenchera le wahoo-effect et fera oublier les Waze et Google Maps sur les smartphones. Mais on peut constater une accélération très vive de la communication autour du véhicule connecté et de l’énergie que Renault dépense pour mettre en avant ses produits. Le lancement de Renault Easy Connect en est une belle preuve (lire l’article) tout comme la démonstration de Francfort avec le concept-car Symbioz. Le véhicule semble arrêter de faire jeu à part et rentre dans l’univers des objets connecté : l’intégration de IFTTT est pour moi une super nouvelle. On remarque aussi une volonté de rajouter des fonctionnalités sur des systèmes déjà dans la rue en cours de vie, là aussi une bonne chose car les clients sont habitués avec le monde high-tech d’avoir des évolutions lors des mises à jour, quelque chose d’inconnu chez Renault depuis 2012 à l’exception du widget Coyote…  Le prochain système sera un système Alliance (donc fait avec Nissan) comme le montre de nombreux articles (ICI). Quand on repense à la qualité du premier, et seul, système Alliance (le CNC) on peut avoir beaucoup d’espoir pour la suite.

Wait and see.

6 réflexions au sujet de « Le site a 10 ans: quelques réflexions. »

  1. super article et bonne continuation pour t’on site toujours plein info.
    tu parle activation du android auto et apple carplay pour 10€ peut tu préciser comment ?

  2. Bravo pour votre site, vous êtes informé avant les concessionnaires.
    J’ai apporté mon espace V à la révision et j’ai demander de m’installer la version 2.2.18.590. Ca a été un échec il m’a renvoyé vers l’assistance R-LINK (il a gardé la voiture deux jour..

    • Je n’irai pas jusque là, les concessions sont une de mes sources , le reste c’est essentiellement les différents forums qui sont des mines d’or. Après c’est un travail de recoupement . Bonne chance pour la mise à jour de votre Espace V.

  3. Bonsoir,
    La mise à jour de mon Espace 5 à été réalisée ce jour avec succès : 2.2.18.590 mais j’ai un doute sur la version boot qui est restée la même qu’auparavant : 4992 … est – ce normal ?
    Encore merci pour votre implication et vos conseils.
    Bien cordialement
    Marc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *