Dernière mise à jour: 17 Oct 2012

Test du Carminat TomTom

Le Carminat TomTom, la première fois que j’en ai entendu parler c’était lors du mois de juillet 2008. J’étais alors en stage d’un mois au Technocentre Renault de Guyancourt, je travaillais sur le boitier Plug&Music que l’on trouve actuellement dans les Renault avec la nouvelle gamme audio. Je côtoyais les équipes qui travaillaient sur les systèmes de navigation, connaissant (ou découvrant) mon site, la conversation démarrait très rapidement. Intrigué par la quantité de matériel Tomtom qu’il y avait sur les bureaux rapidement l’info tombe : TomTom et Renault travaillent main dans la main pour un tout nouveau système qui se veut très performant pour son cout : moins de 500€. A cette époque c’est l’effervescence autour de ce système. Malgré cela pas la moindre rumeur ne sort du technocentre et je ne peux bien évidemment pas en parler sur le site. Septembre 2008 : l’annonce du partenariat devient officielle mais ne dévoile rien. Les spéculations démarrent, mais dans de mauvaises directions : beaucoup pensent que ce sera un système encastré dans la planche de bord mais qui sera aussi amovible comme c’est le cas avec Toyota. Je lis les articles avec un petit sourire mais ne peut toujours pas intervenir. Salon de Genève 2008 : la présentation tant attendu arrive enfin je vais pouvoir commencer le travail sur le site. Je croise rapidement le système en concession mais c’est trop bref. Après avoir pris contact avec le service communication de Renault, je suis invité au Technocentre pour une après midi où je rencontre une personne de la communication, une du marketing qui s’est occupé du Carminat TomTom et un ingénieur son. Lors de cette après midi on a tellement discuté qu’on n’a pas eu le temps de faire de manipulation pratique du système. Je suis en train de vous préparer une news pour ainsi vous parler de la stratégie générale de Renault pour le multimédias. J’ai aussi eu la chance de pouvoir interviewer Patrick Vergelas le père de ce projet.

 


 

Retrouvez l’interview ici.

A côté de mon internat il y a une grosse concession, à force de me voir tourner autour des voitures il commence à me connaître. Mardi je les appelle car un créneau s’est libéré dans mon emploi du temps, je vais enfin pouvoir vraiment découvrir ce système. Très gentillement la concession me laisse un véhicule (Clio III phase 2 Exception dCi 85) pour plus d’une heure, normalement un essai client c’est 30 min maximum. J’ai conduit le véhicule une heure (d’ailleurs très agréable) avant de monopoliser pendant 40 minutes supplémentaires la Clio pour une séance de photo d’écran. Je ne vous raconte pas la tête des clients quand ils me voyaient prendre toutes mes photos (plus de 200 !). Encore merci à la concession car absolument rien ne les obligeait de le faire. Bon je vais arrêter de vous faire languir pour aborder le sujet qui vous a amené ici. Je ne vais pas partir dans une description des équipements puisque celle-ci est faite ICI. Je ne vais pas non plus détailler précisément les démarches pour chaque fonction ce sera fait dans les autres sections. Place au test.

La télécommande
Télécomande Carminat TomTom

Le Carminat TomTom essayé est donc présent sur une Clio, on a donc une télécommande Bluetooth pour le commander. La télécommande a un support sous la console pour l’accueillir, une fois dedans elle ne bouge absolument plus, très bon point. Amusant une télécommande nomade pour un système fixe, ça change des joysticks ou des commandes en façade (le Carminat Tomtom dispose d’un joystick pour les Mégane III, Scénic III, Laguna III et plus tard l’Espace IV). Le premier avantage que je vois: n’importe quel passager de la voiture pourra donc entrer les coordonnés dans le système. Le deuxième est qu’on presque garder les 2 mains sur le volant en conduisant (même si ce n’est pas très bien de le faire…). Inconvénient : même avec un support, la télécommande nomade pourra se transformer en télécommande cachée dans l’habitacle… Au cours de ma ballade dans Rennes, j’ai plusieurs fois eu tendance à la balancer sur le siège passager par exemple au démarrage d’un feu. Et la télécommande allait doucement se cacher dans la fente du siège, il fallait alors entreprendre une opération de sauvetage dont je vais vous épargner les détails… La télécommande Bluetooth effectue son appairage au démarrage du véhicule avec le système le plus proche, elle peut fonctionner avec n’importe quel système donc en cas de perte pas de problème pour la remplacer. Un voyant bleu montre alors qu’elle est active. La télécommande est alimentée par 2 piles LR3 (ou AAA), donc très classique, comme la télécommande de la TV. Au bout de 20 min d’inactivité la télécommande se désactive pour les préserver. La réactivation se fait en pressant une touche, le voyant se rallume donc, la reconnexion est presque immédiate, bien ! Elle est d’aspect plutôt rondouillarde et a un touché agréable avec notamment l’utilisation d’anti dérapant. La prise en main est plutôt bonne rien à dire. On trouve dessus divers touches : une croix directionnelle, une touche centrale pour valider, touche back, touche « menu », touche 2D/3D et les touches contextuelles (les options en bas de l’écran). Rien de bien extraordinaire, la compréhension est très rapide et permet une utilisation immédiate.

L’écran

L’écran de 5.8 pouces (14.7cm de diagonale) se trouve en haut de la planche de bord, ainsi le regard n’a pas besoin de beaucoup s’écarter de la route ni de faire la mise au point sur un objet trop proche : on retrouve les règles de sécurité de Renault et c’est tant mieux. L’écran avait une luminosité correcte mais sans plus : si je suis directement allé dans les paramètres pour le mettre au maximum.

mode nuit Carminat TomTom

Par contre j’ai déçu de la façon dont le système gère le mode nuit. C’est directement couplé avec l’allumage des feux : on ne peut donc pas par exemple les allumer de jour sur l’autoroute sinon écran noir !! En cherchant dans les paramètres une option a attiré mon attention : on peut désactiver ce couplage et forcer un mode quelque soit la position des feux … Le plus simple aurait été de faire la même chose qu’avec le CNC : la luminosité de l’écran s’adapte à la luminosité ambiante. Simple et terriblement efficace ! Dommage pour le Carminat TomTom peut être sur la version 2…

autoradio Carminat TomTom

Habitué par l’écran de cinéma du CNC (7 pouces) l’écran du Carminat TomTom me semble plus petit mais reste toujours plus grand que les nomades. Sur cet écran s’affiche en bas les infos de l’autoradio, je les ai trouvées un peu petites. Par contre bien vu : dès qu’on manipule l’autoradio on a les informations en plein écran à la place de la navigation. Enfin presque! On garde les 3 lignes de l’autoradio comme si on avait l’écran monochrome normal, tout l’écran n’est pas utilisé. Cela est du à une limitation matérielle : l’autoradio a été conçu pour n’afficher que 3 lignes, dommage car on pouvait bénéficier d’au moins 2 lignes supplémentaires avec l’écran du Carminat TomTom et ainsi encore améliorer la navigation dans ses fichiers musicaux.

Carminat TomTom

Sur la partie droite de l’écran on trouve pleins de petites infos pratiques : heure, température, prochaine intersection, kilomètres restants. On peut retirer ou ajouter certaines informations si on le souhaite dans le menu de configuration. Sinon on a la carte sur le reste de l’écran ! Carte que j’ai trouvé plus fouillis que celle du reste de la gamme Carminat. Il faut dire que j’étais dans une zone dense en information: une zone industrielle, en ville la lecture était plus aisée. On peut par contre changer les couleurs de la carte selon ses gouts. Je préfère les couleurs par défaut. Une fonction que je trouve très bien : le zoom automatique, il est plutôt bien foutu. L’échelle de la carte s’adapte à la vitesse et de la distance de la prochaine intersection. Le résultat est satisfaisant. Ainsi sur l’autoroute on a une petite échelle pour voir loin et en ville une grande échelle permettant de voir les rues immédiates environnantes (non non je ne me suis pas trompé pour les échelles !). Évidemment on n’a pas la possibilité comme le CNC d’avoir une fenêtre partagée pour pouvoir profiter de 2 échelles différentes et 2 vues (2D/3D) en même temps. Pour changer d’échelle on utilise les touches haut/bas de la télécommande (ou on tourne le joystick).

 


 

Se balader sur la carte rappellera des souvenirs aux anciens possesseurs de CNI 1 (lorsque l’option défilement n’était pas activée): la croix se déplace à l’écran et quand elle arrive au bord ça déplace la carte d’un coup en la rechargeant (voir vidéo ci-dessous). Je ne trouve pas ça très agréable mais le système ne doit peut pas être capable de supporter un défilement complet de la carte (croix restant au milieu avec la carte qui défile). De plus quand il faut changer d’échelle sur la carte (quand on se ballade dessus pas lors d’un guidage) il faut d’abord activer l’option du menu contextuel, on zoom puis en ensuite on peut de nouveau se déplacer. Avec le joystick c’est différent puisqu’en le tournant ça zoom immédiatement comme sur le CB CD. Elle serait très pratique cette option sur le CNC… Avec le joystick on n’a donc pas les mêmes problèmes qu’avec la télécommande Bluetooth : on se déplace suivant les 4 directions du joystick et on zoom en le tournant : simple et efficace. 1 Point pour le joystick contre la télécommande.


defilement carte Carminat TomTom par GPS-Carminat

Lancer un guidage

guidage Carminat TomTomnavigation Carminat TomTom

Bon il est temps de lancer un petit guidage car pour le moment il nous a juste montré qu’il remplaçait la carte Michelin de la voiture (certes en plus ludique !).

On retrouve les menus TomTom, beaucoup moins sérieux que ceux des autres appareils de la gamme Carminat, j’avoue ne pas un être un grand fan des icones. On sent que c’est un menu fait pour un écran tactile plus petit et devant être manipulable avec des gros doigts (que je n’ai pas !). Certains menus sont composés de 5 panneaux, je trouve ça un peu excessif. Si Renault pouvait mettre son grain de sable ça ne serait pas un mal. Alors oui (j’entends d’ici les protestations) cela permet aux anciens utilisateurs de nomades TomTom de garder leurs habitudes et donc de ne pas être désorienté avec de nouveaux menus mais bon ce n’est qu’une remarque !

clavier Carminat Tomtomfeuille Carminat Tomtom

Lançons donc notre premier guidage. On se balade très instinctivement dans les menus et on arrive très rapidement à l’écran de saisie de l’adresse. On retrouve toutes les options classiques de n’importe quel GPS : Domicile, Adresse, point sur la carte, on trouve même la possibilité d’entrer les coordonnés GPS (l’intérêt est assez limité mais l’option existe).

Le clavier numérique apparait, je commence à saisir l’adresse et là petite surprise : les lettres ne se grisent pas ! Je m’explique. Sur pratiquement tous les GPS fixes les lettres impossibles se grisent automatiquement suivant les adresses possibles (vous pouvez voir les vidéos des autres Carminat pour vous faire une idée). Pour un GPS non tactile ça permet d’augmenter très sensiblement la vitesse de saisie : ça réduit le chemin à parcourir avec le curseur puisque au fil de la saisie le nombre de possibilité se réduit énormément ce qui fait qu’il ne reste que quelques lettres à la fin. Donc petite déception. Le reste pas de surprise ça reste très classique.

Calcul de l’itinéraire, la vitesse ne m’a pas particulièrement impressionné. De ce côté-là le CNC n’a pas encore de soucis à se faire malgré ses 4 ans d’existence : Le Carminat TomTom calcule l’itinéraire avec une barre de progression en bas qui indique le nombre de routes testées. Surement pour impressionner les néophytes, je trouve que seul la barre de progression est intéressante pour se rendre compte où en est le calcul d’itinéraire. Il calcule un Rennes-Paris en 11 secondes, lorsque le CNC le fait en 5 sec et en calculant 3 itinéraires en même temps avec différents critères de guidage. Je chipote car la vitesse de calcul est très satisfesante.


Exemple guidage Carminat TomTom par GPS-Carminat

Le guidage est très clair avec les grosses flèches directement sur la carte. Malheureusement pour les embranchements sur les autoroutes, la visualisation réaliste des panneaux autoroutiers en 3D n’est pas présente contrairement aux hauts de gamme des nomades TomTom. Peut être lors d’une évolution logicielle plus tard.

Contrairement aux autres appareils de la gamme TomTom il n’y a aucune fonction multimédia autre que la navigation. Cela aurait été redondant avec les autoradios Renault ! Seul le lecteur de photos a échappé à l’écrémage fait par les ingénieurs Renault.

Le son

Le Carminat TomTom est directement lié au système audio de la voiture. On profite donc d’une bien meilleure installation que les haut-parleurs classiques des GPS nomades. De plus l’autoradio se coupe bien lors des annonces du Carminat TomTom. Lors de la diffusion de messages vocaux on peut régler directement le volume des annonces avec la commande au volant de l’autoradio (seulement pendant les annonces sinon ça règle le volume de l’autoradio !). C’est une fonction classique mais inconnu chez les nomades. Petite fonction très agréable : Text to speech. La voix nous dit : prenez la rue de l’église à droite. La voix est légèrement saccadée mais c’est parfaitement compréhensible et ça facilite bien la navigation.

mute Carminat TomTom

Je n’ai pas pu tester la fonction radar, ni le logiciel TomTom home car le véhicule ne m’appartenait pas (malheureusement). Sachez que le logiciel se trouve directement sur la carte SD. Lors de la première connexion avec l’ordinateur l’installation du logiciel se fait normalement automatiquement. Vous pourrez mettre ainsi à jour le logiciel interne, la cartographie (gratuitement les 60 jours après l’achat) et surtout vous pourrez faire une sauvegarde du contenu de la carte SD. Renault (ni TomTom avec ses nomades) ne fournit pas de support CD. C’est à nous de faire la sauvegarde sur le PC.

La carte SD est de marque Sandisk (donc une très bonne marque) et a une capacité de 512 Mo. Il est possible par la suite d’acheter des cartes supplémentaires par le biais du logiciel TomTom Home ou alors de commander une SD Europe sur le site TomTom.

Une petite fonction amusante: on peut personaliser l’icone à l’écran en 3D. L’ensemble des véhicules de la gamme Renault est dispo, amusant! On peut aussi changer la photo de démarrage du système.

Carminat TomTom

En conclusion : Très clairement ce système de navigation va faire mal ! Il propose le confort des fixes avec les avantages des nomades (radars, sauvegarde répertoire). Et tout cela pour un prix planché (équivalent à l’ESP !). Les performances sont très correctes et je n’ai pas réellement de critique à faire. C’est clairement un système que je vais recommander surtout quand on regarde l’investissement demandé. C’est une véritable démocratisation qui est en train de s’opérer et qui confirme la position de Renault pour la navigation.

Si vous avez des questions, ou voulez donner votre avis sur ce test venez sur le forum du site.

Vous voulez complêter ce test avec votre avis concernant les radars et TomTom Home contactez moi!

2 thoughts on “Test du Carminat TomTom

  1. Bonjour, j’ai un scenic 3 de fin 2013 et je n’ai pas trouvé comment envoyer les informations de l’autoradio vers le gps carminat tomtom live. J’ai peut-être une version trop ancienne je suis un peut perdu.

    merci d’avance de votre aide

  2. Bonjour,

    La carte SD avec mon GPS (voiture laguna 3 black edition carminat) est de 2Go ce qui ne me permet pas d’installer la carte europe (>2.4Go), alors je voulais savoir c’est quoi la solution? avez vous des carte mémoire compatible de 4Go?
    j’ai vu un rapport qui dit que les seules carte compatible sont les SD mais on ne trouve pas des SD de 4 Go.

    Je vous remercie d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *